La création de la compagnie Liria en 2008 répond au désir puissant de Simon Pitaqaj de proposer un espace dans lequel la liberté de jeu et de création réveille le potentiel d’action du spectateur afin qu’il se saisisse pleinement de sa vie. Le théâtre de Simon Pitaqaj ne prétend pas offrir des solutions, mais offre des pistes à tâtons, comme autant de voies possibles pour interpréter nos grandes interrogations sur le monde. 

 

Le théâtre est une façon de décloisonner et d’ouvrir des chemins différents par la rencontre de l’inconnu. Il n’est pas seulement un divertissement : il doit bousculer, provoquer, submerger… pour finalement faire réagir et réveiller l’intime jusqu’à faire rejaillir cette voix intérieure qui fait vivre nos rêves étouffés par notre raison. Le théâtre donne la force de vouloir, à son tour, prendre la parole pour s’exprimer sur ce qui nous échappe. Il propose une autre façon de vivre : ne plus être effacé de son existence. 

 

Finalement, la Cie Liria cherche à élargir les perspectives pour donner la possibilité d’aller au bout de nos désirs intimes. Au fil du travail de la Cie, on voit se former des ponts et des correspondances : les légendes albanaises qui ont marqué l’enfance de Simon Pitaqaj répondent aux questionnements auxquels il fait face aujourd’hui. Les contes s’invitent dans les cités, les mots du public se mêlent aux « grands textes » pour créer de nouvelles oeuvres… La scène devient un lieu de rencontre improbable, qui appartient autant à l’auteur-metteur en scène, qu’à l’acteur et au spectateur. Cie Liria – du 10 au 14 mars 2020 avec Le Rêve de l’homme ridicule au Théâtre de Corbeil 

 

Dans les créations de la Cie Liria, les personnages sont oubliés, mis à l’écart, persécutés, marginalisés, mais ils s’accrochent à la vie, ils veulent vivre, ils ont des choses à nous dire. Ils errent comme des zombies poétiques ou des fantômes avec la rage au ventre Ils sont exposés à des dualités révélatrices : la vie et la mort, le rêve et la réalité, les fantômes et les vivants, la mémoire et l’oubli, l’individuel et le collectif, l’ici et l’ailleurs. Le théâtre de la Cie Liria est là pour que nous prenions le temps de les rencontrer, et la mise en scène de ces dualités, la violence qui en surgit ; sont au centre des créations de la compagnie. Car c’est de la confrontation et de l’échange que peuvent jaillir des vérités.